Quand parents d'élèves et enseignants grévistes aspirent à « entretenir et généraliser la révolte »
actu
  • ... Voir le pseudo

    25/01/2020

    Face au mouvement contre la réforme des retraites, le gouvernement reste inflexible : le texte de loi sera bien présenté ce 24 janvier en conseil des ministres. Mais de nombreux citoyens sont décidés à poursuivre la lutte. A Rennes, les parents d'élèves ont décidé de soutenir les enseignants grévistes en occupant des écoles.

    « Le mouvement ne s'essouffle pas. Il se renouvelle. » Parole d'enseignant, gréviste depuis plusieurs semaines. « Un exemple ? Les occupations d'écoles, collèges et lycées par les parents d'élèves. » Lancés début janvier, ces mouvements d'occupation se multiplient. Objectif : soutenir les enseignants, marquer le territoire par des lieux de résistance contre la réforme des retraites, continuer à faire collectif pour échanger, s'informer, inventer une autre forme de société.
    « Que des parents s'engagent à soutenir les enseignants, je trouve ça vraiment super. J'en ai parlé à des collègues qui sont grévistes depuis début décembre, ils avaient des étoiles dans les yeux d'imaginer que c'était possible », dit Hélène, enseignante. Gréviste plusieurs jours par semaine depuis début décembre, Hélène a « vraiment cru à la victoire » au début du mouvement. Un peu moins optimiste aujourd'hui, elle reste persuadée qu'il est encore possible de gagner, tant le nombre de personnes concernées est élevé.

    Ce ne sont pas les parents ayant décidé d'occuper les écoles qui diront le contraire. Le 16 janvier en soirée, ils étaient une soixantaine réunis à l'école Oscar Leroux, dans le sud de Rennes. Au milieu du large cercle formé par les adultes réunis en assemblée générale (AG), des enfants se baladent, sautent et font des roulades. « Ici, il y a environ 80 % d'enseignants grévistes depuis un mois, explique Sami, parent d'élève. On s'est dit qu'il fallait qu'on arrête de les regarder, et montrer concrètement notre soutien. » L'idée de passer la nuit à l'école s'est imposée assez vite, pour prendre la suite d'autres établissements – écoles maternelles et primaires mais aussi collèges et lycées de Rennes et des alentours qui sont occupés à tour de rôle depuis deux semaines.

    https://www.bastamag.net/Greve-24-janvier-retraite-reforme-ecoles-occupees-education-nationale-dockers-ports-bloques

Répondre
À suivre