Juger la guerre ?
actu
3:25France 5 - Apocalypse : la 2e Guerre mondiale
  • ... Voir le pseudo

    jeudi à 12:01

    La création, pendant les années 1990, de nouveaux tribunaux pénaux internationaux ad hoc et, en 2002, de la Cour pénale internationale qui se veut permanente et qui revendique la juridiction universelle, est souvent perçue comme la continuation et même l'accomplissement des précédents créés à Nuremberg et à Tokyo en 1945-1948. En réalité, ces nouveaux tribunaux sont aux antipodes de la jurisprudence de Nuremberg. Ils incarnent et véhiculent le contraire des principes fondateurs du système international d'après-guerre, et ils en inversent la logique.

    Aujourd'hui on se souvient du procès de Nuremberg pour sa condamnation des crimes contre l'humanité. En réalité, les crimes contre l'humanité n'étaient ni l'élément central du procès ni le principal élément novateur du Tribunal militaire international. Bien au contraire, la pièce maîtresse de la jurisprudence de Nuremberg (comme de Tokyo) fut le concept de crime contre la paix. Les rédacteurs de la Charte de Londres qui créa le tribunal de Nuremberg mirent celui-ci comme premier chef d'accusation, avec les crimes contre l'humanité seulement en troisième et dernière position (après le complot de commettre le crime contre la paix). De plus, lorsque les juges furent amenés à statuer sur la portée juridictionnelle de leur charte, ils limitèrent celle des crimes contre l'humanité aux seuls crimes commis pendant la guerre et donc faisant partie intégrante du crime contre la paix.

    Un crime contre la paix

    La centralité du concept de crime contre la paix fut aussi soulignée par le procureur américain Robert Jackson lorsqu'il ouvrit son plaidoyer en évoquant « le privilège d'ouvrir le premier procès de l'histoire pour les crimes contre la paix mondiale ». Les juges reprirent son plaidoyer presque mot pour mot lorsqu'ils rendirent leur jugement en septembre 1946 : « Déclencher une guerre d'agression n'est donc pas seulement un crime d'ordre international ; c'est le crime international suprême, ne différant des autres crimes de guerre que du fait qu'il les contient tous. »

    https://www.revueconflits.com/conseil-de-securite-onu-guerre-paix-justice-jurisprudence-nuremberg/

Répondre