Maradona, la politique en crampons
actu

... Voir le pseudo

18/05/2019

L'ex-prodige du ballon rond Diego Armando Maradona, actuel entraîneur de l'équipe mexicaine des Dorados de Sinaloa, a récemment écopé d'une lourde amende par la fédération de football du Mexique. Il faisait l'objet d'une procédure disciplinaire pour manquement à la « neutralité politique et religieuse » qu'impose le code éthique de l'instance sportive. Son « forfait » ? Le 31 mars dernier, lors de la conférence de presse organisée après un match remporté par les Dorados, l'Argentin a tenu à « dédier ce triomphe à Nicolás Maduro [le président du Venezuela] et à tous les Vénézuéliens qui souffrent », et en a profité pour étriller les États-Unis de M. Donald Trump, responsables à ses yeux de la crise que traverse Caracas : « Les shérifs de la planète que sont ces Yankees croient qu'ils peuvent nous piétiner parce qu'ils ont la bombe la plus puissante du monde. Mais non, pas nous. Leur tyran de président ne peut pas nous acheter » (1).

Le « gamin en or » (pibe de oro) — le surnom de Maradona en raison de son génie précoce né sur les terrains vagues du bidonville où il a grandi — n'en est pas à son premier coup d'éclat en faveur de M. Maduro. En tout début d'année, il a publié sur les réseaux sociaux un message de soutien à l'attention du chef de l'État vénézuélien, en butte à la contestation conduite par M. Juan Guaido, autoproclamé « président par intérim » avec la bénédiction de Washington : « Malgré les traîtres et l'impérialisme qui veulent gouverner le Venezuela, le peuple a réélu Nicolás Maduro à la présidence. Hugo Chávez nous a montré la voie et cette voie c'est Nicolás Maduro (…). Ils n'ont pas réussi avec Fidel [Castro], ils n'ont pas réussi avec Hugo, encore moins avec vous. Le Venezuela vaincra ! » Au cours de la campagne présidentielle vénézuélienne de mai 2018, l'ancien numéro 10 argentin est allé jusqu'à « mouiller le maillot » : il s'est rendu en personne au dernier meeting de M. Maduro, à Caracas, et s'est présenté à la tribune comme son « soldat ». En août 2017, alors que le Venezuela connaissait de graves violences, il lui avait déjà témoigné son appui, se disant même « chaviste jusqu'à la mort ».

https://blog.mondediplo.net/maradona-la-politique-en-crampons

Répondre

loading...