Le grand dégât de la fracturation hydraulique en Colombie
actu
  • ... Voir le pseudo

    13/05/2019

    Le désastre provoqué par l'entreprise Ecopetrol dans le territoire de « La Fortuna » à Barrancabermeja, Colombie, avec le déversement de 550 barils de pétrole, confirme une fois de plus le profond dégât social, économique et environnemental par l'extraction de ressources du sous-sol. Selon les investigations préliminaires, 25 Km du fleuve Sogamoso sont contaminés, plus 49 corps d'eau. Au moins 2 500 animaux ont péri et 9 personnes ont des problèmes de santé à cause du déversement. Ne parlons pas des centaines de pêcheurs qui n'ont plus de subsistances. Parallèlement très graves sont les dommages environnementaux qui, selon des spécialistes, ne pourront pas être rattrapés avant 20 ans, et uniquement partiellement, donc avec des séquelles permanentes [1]. Ce triste spectacle montre les conséquences catastrophiques de la surexploitation de minéraux et d'hydrocarbures. Derrière l'évidente responsabilité du gouvernement colombien sont les entreprises nord-américaines et canadiennes qui cherchent le profit au détriment de la nature et de l'hygiène de vie elle-même.

    En plus de ce scénario désolant, le ministère de l'environnement a ouvert la voie en 2017 au « fracking » dans notre pays. Cette technique basée dans la production de pétrole et de gaz de gisements non-conventionnels symbolise le climax de dégradation dont l'Être Humain est capable. En effet, la fracturation hydraulique -la désignation formelle de cette méthode- correspond en peu de mots à l'installation de tuyauteries de plus de 2 km vers le bas et 3 km vers le côté, qui vont rompre les roches contenant du pétrole, en utilisant de l'eau à haute pression. Néanmoins, étant donné l'infrastructure et la profondeur, l'action de l'eau n'est pas suffisamment forte, devenant efficace seulement via l'utilisation de plus de 130 produits chimiques mélangés à du sable. Le principal problème de cette technique est la possibilité de contamination définitive des eaux souterraines par le biais d'infiltrations [2]. De même, le produit qui sort des fractures rocheuses est hautement contaminé et susceptible d'arriver en surface.

    https://www.investigaction.net/fr/le-grand-degat-de-la-fracturation-hydraulique-en-colombie/

Répondre