Le Brésil, la Caraïbe et la doctrine Monroe
actu

... Voir le pseudo

09/05/2019

Trump peut reconnaître le pays carioca comme « un allié non-OTAN », cette condition permettant que l'exécutif brésilien accède de manière préférentielle à l'achat de matériels de guerre US et reçoive des formations militaires. La Colombie est déjà « un partenaire global » depuis que l'ex-président Santos l'a annoncé l'année dernière ; l'Argentine le fut déjà en 1998 par le président Clinton. L'adhésion de ces pays permet aux États-Unis de contrôler, et même dominer, d'amples territoires et leurs ressources.
La rencontre tenue en mars entre le président Jair Bolsonaro et son homologue Donald Trump a signifié la réalisation des propositions ministérielles réalisées pour les cent premiers jours du gouvernement carioca :

1) se réunir avec Trump à la Maison Blanche pour établir les bases de l'Accord d'association Brésil-États-Unis, spécialement en matière de défense et sur la crise au Venezuela.
2) réaliser une visite officielle en Israël, toujours latente et compliquée après l'annonce du transfert de l'ambassade de Tel Aviv à Jérusalem.
3) entamer une procédure de révision du Mercosur pour en flexibiliser les règles de manière à favoriser les intérêts idéologiques et économiques des gouvernements conservateurs de la région et, surtout, à ouvrir des chemins légaux pour une négociation bilatérale avec les États-Unis.
4) appliquer l'exemption de visas aux citoyens étatsuniens et canadiens, qui serait ensuite étendue au Japon et à l'Australie, un accord qui n'est pas réciproque !

https://www.investigaction.net/fr/le-bresil-la-caraibe-et-la-doctrine-monroe/

Répondre