Des centaines d'études scientifiques soupçonnées d'avoir utilisé des organes de détenus chinois
actu

kali_yuga_redux

10/02/2019

Des scientifiques australiens demandent le retrait de 400 études scientifiques qui ont probablement analysé des greffes d'organes non-éthiques.

Des chercheurs australiens ont révélé que des centaines d'études sur des greffes d'organe en Chine avaient probablement utilisé, sans le préciser, des organes de prisonniers exécutés, ce qui est contraire aux règles éthiques, raconte le Guardian. Dans leur article publié dans la revue médicale BMJ Open, Wendy Rogers et Matthew Robertson appellent au retrait de plus de 400 études scientifiques soupçonnées d'avoir utilisé des organes prélevés sur des prisonniers chinois sans leur consentement.

Rogers et Robertson, qui sont spécialistes en éthique médicale, ont examiné 445 études sur des greffes d'organe en Chine publiées entre 2000 et 2017. Or dans 92% des cas, les articles ne mentionnaient pas l'origine des organes et dans 99% des cas, il n'était pas précisé si les donneurs avaient donné leur consentement préalable.

http://www.slate.fr/story/173304/centaines-etudes-scientifiques-organes-detenus-chinois-retrait-ethique

Répondre