Comment les Baby Boomers ont pulvérisé la France + sur la misère sexuelle ambiante
410

... Voir le pseudo

23/05/2019

Les baby-boomers sont la génération la plus privilégiée de l'Occident contemporain. Nés au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, ils ont eu droit à des décennies de croissance économique, de plein-emploi, de femmes à marier, sans sida, sans racailles, sans « réfugiés », sans extra-européens, avec des féministes mais guère d'hystériques #PADANLARUE.

Tout a été facile pour eux : la vie leur a toujours souri. À l'école, ils ont eu un cadre d'apprentissage homogène et sain. À l'université, c'était AG, fêtes – et des emplois étudiants à volonté. Gâtés par la vie, ils se sont révoltés contre leurs parents, ex-résistants désormais traités de « fascistes », en battant le pavé en masse. La culture officielle s'est immédiatement couchée devant eux, leur offrant rock, bohème, progressisme. Les emplois, généralement subventionnés, les privatisations des années Mitterrand, les stock-options, les installations d'entreprises américaines, la spéculation immobilière, ils ont tout eu aussi facilement qu'avant.

Toi jeune français blanc européen, tu es né durant les toutes dernières années de cette période faste. Juste à temps pour voir les parasitismes, les faux-semblants, les compromis, les tabous qui s'y étaient logés. Les soixante-huitards ont hérité d'un pays flambant neuf ; ils l'ont laissé en ruine, volé, et en proie au tiers-monde.

Le pire réside dans leur incapacité – ou leur refus – de discuter des sujets importants. Arrogants, habitués à leur bulle de confort, aussi soumis aux « minorités » que sévères avec leurs enfants légitimes, les soixante-huitards n'acceptent bien souvent qu'une communication déséquilibrée, où eux seuls parlent et où les jeunes sont supposés tout accepter. Ces vieux deviennent aussi hystériques que des féministes quand on les met en contradiction.

La plupart des jeunes normaux ont été élevés de manière à être sympathiques, gentils, prévenants, respectueux des femmes. La « libération sexuelle », « l'émancipation des femmes », trop bien ! Paye ton verre et joins-toi à la grande fête.

Ça, c'est ce qu'on vous disait. Ensuite, vous vous êtes pris la vérité dans la figure.

Vous vous êtes rendus compte que les femmes françaises modernes sont masculines, aigries et visent systématiquement des mecs largement au-dessus de leur propre valeur

À travers tout l'Occident, des millions de jeunes hommes ont été nourris de mensonges par les médias et l'éducation nationale, laissés sans préparation à la vraie vie, puis balancés et abandonnés dans un monde qui ne se soucie que de « minorités » et des femmes. Et en prime les princesses ultra-courues, qui se plaignent d'avoir trop d'options, trop de valeur sociale, insultent les jeunes hommes privés d'options et privés de valeur sociale.

Avez-vous déjà tenté d'en parler avec des soixante-huitards ? Si vous étiez une jeune femme, ils vous écouteraient. Mais comme vous êtes un homme, et que vous ne voulez pas cracher sur votre propre identité pour avoir le droit d'exister, les vieux privilégiés vous traiteront de misogyne, d'extrémiste.

Avant, le mot « immigration » désignait le phénomène d'individus allant vivre hors de leur pays d'origine. Aujourd'hui, ce mot désigne un tout autre phénomène : des millions de non-européens s'installant en Occident, s'emparant des aides en tout genre et des logements. Ils remplacent les européens de souche et ils sont largement promus. La musique, le show-business, le sport, les médias officiels les promeuvent. Des soudanais présentés comme des héros de guerre reçoivent le futur des Français de souche.

Vous êtes nés trop tard, vous avez été jetés dans un monde déjà verrouillé, sur-approprié. Les soixante-huitards par contre ont reçu des emplois et des femmes à marier – pendant que leurs petits-enfants font des stages et de l'intérim –, et depuis leur maison de campagne ou leur safari en Afrique, ils vous méprisent.

Que les jeunes natios blancs européens s'expatrient ne pose aucun problème aux boomers, pour le coup, ils recevront même du soutien. L'expatriation va bien avec le mondialisme. Oui, ceux d'entre vous qui ont quitté la France étaient contents de découvrir la vie ailleurs, d'avoir de nouvelles opportunités, d'apprendre une nouvelle langue et se mélanger aux autres ethnies européennes.

Mais si vous êtes partis, c'est aussi à cause des monstres sur patte que beaucoup de jeunes femmes occidentales sont devenues, à cause de la vie pourrie des grandes villes – aussi chères que remplies d'immigrés d'Afrique noire –, à cause du chômage lui-même dû aux délocalisations et à la promotion d'allogènes et de « minorités », à cause du totalitarisme gauchiste au quotidien. Et je ne parle pas des Blancs européens qui fuient leurs villes ou quartiers rendus invivables par une présence massive de non-européens.

Les soixante-huitard n'admettront jamais d'avoir fui les conséquences des politiques d'immigration qu'ils ont soutenu. L'immigration de leur point de vue, c'est très bien, tant que les conséquences négatives arrivent sur leurs petits-enfants et pas sur eux.

Certains arrivent à fuir les grandes villes ; Beaucoup de ces échappés oublient ce à quoi ils ont échappé et se mettent à nier les problèmes qu'ils fuient, ou empêchent de lutter contre. D'autres y sont coincés, ne serait-ce que le temps de gagner assez d'argent ou d'opportunités professionnelles pour quitter l'enfer racial.

Les extra-européens bénéficient d'une culture qui fait l'apologie de la revanche sur les « colons » ou esclavagistes. Consistant à vous accuser de « manquer de respect » pour vous humilier, détruire votre vie sociale et anéantir toute perspective d'avenir encore subsistante

Les féministes sont loin d'être issues de ce qu'elles appellent « quartiers populaires », et ont toujours été nourries d'un identitarisme de genre sûr de lui-même, dominateur, et maîtrisant le tandem autovictimisation-agression à la perfection.

Vous, en revanche, avez été éduqués pour être courtois, raisonnables, pacifiques. Ce qui vous a permis de devenir des proies faciles pour les racailles, les féministes, les antifas, et de méprisables types pour les nanas.

Les baby-boomers se soucient peu de leurs propres enfants. Ils ont court-circuité la transmission normale. Au lieu de se préoccuper de leurs fils et de leurs petits-enfants, ils se soucient de leurs filles et des immigrés.

Dans vos propres rues, vous êtes des ombres, voire de complets étrangers.

Votre mort est déjà actée. Votre héritage est complètement dévoré.

Barrez vous de ce pays.

Conseil : SpoilAfficherMasquerVenez faire un tour en Europe de l'Est.

... Voir le pseudo

23/05/2019

Tu vis où toi ?

... Voir le pseudo

23/05/2019

Les baby Boomer ont vécue une vie de rêve, même les ouvrier non qualifié avaient une vie de classe moyenne avec épargne de ouf.

Aujourd'hui c'est impossible d'avoir leurs niveau de vie au Smic

... Voir le pseudo

23/05/2019

En attendant tu payes leur retraite en cotisant dans ton boulot de merde qui fait mouiller 0 meufs pour qu'ils puissent jouer au casino comme tout bon esclave male cis blanc hétéro de 29 ans en France :ok:

... Voir le pseudo

23/05/2019

Instructif mais j'aime malgré moi trop ce pays pour pouvoir le quitter, et je ne m'imagine pas devenir migrant à mon tour.

... Voir le pseudo

23/05/2019

up

... Voir le pseudo

23/05/2019

Trop de verité pour jvc 410 en vue

... Voir le pseudo

23/05/2019

up

... Voir le pseudo

23/05/2019

J'ai lu les 3 premiers paragraphes : de la merde.

Quoi de plus étonnant venant de ce clochard.

... Voir le pseudo

23/05/2019

T'aurais fait pareil à l'époque, fait pas l'boy.

Répondre